Dialogue politique : Kabila consulte samedi mais l’opposition radicale boycotte

KABILA

(KINSHASA)- Après la ronde effectuée par le patron des renseignements, Kalev Mutond dans différents quartiers généraux de l’opposition, le président Joseph Kabila débute samedi les consultations avec les
forces sociopolitiques du pays. Le chef de l’état va recevoir d’abord les chefs des confessions religieuses, ensuite les acteurs de la société civile, les diplomates pour terminer avec la classe politique- leaders de l’opposition en premier et ensuite ceux de la majorité. L’ordre pourra être interverti, apprend-t-on des sources concordantes. La claque vient de l’opposition radicale incarnée par le cartel Unc-Mlc-Mpcr-Mlp-Atd-Envol-Cedr. Les leaders de ces partis en tête Kamerhe ont rejeté l’offre de Kabila. Pour Vital Kamerhe qui s’exprimait devant une foule immense vendredi à Bukavu, il n’est pas
question de dialoguer à moins de deux ans des élections. ‘‘Le temps de dialogue est dépassé. On ne veut pas organiser le dialogue pour glisser, je vous dis que ça ne passera pas. Le 20 décembre à minuit,
le pouvoir de M.Kabila est terminé et il doit céder le pouvoir au nouveau président élu’, a rappelé Kamerhe sous un tonnerre d’applaudissements. La priorité, dit-il, c’est plutôt la sécurisation
des populations de Beni et la libération des prisonniers politiques.

Bukavu était débout pour accueillir VK. Annoncée pour vendredi, la série des rencontres initiée par le président Kabila a été finalement renvoyée pour samedi à 13 heures, indique une source à la présidence
de la république. Même un proche de Kalev a confirmé l’information à la presse internationale qui a été conviée à la manif. Qui seront là ?, s’est demandé un opposant radical. Le camp Félix-Lisanga-Mbikayi
sera présent. Le dialogue a été demandé par l’opposition mais on ne voit pas pour quelles raisons, il faut le refuser aujourd’hui, a indiqué Steve Mbikayi, le porte-parole de l’opposition nationaliste.
L’aile Kamerhe-Vuemba-Diongo-Fayulu-Sesanga-Bazaiba n’y prendra pas part, a prévenu l’opposant Jean Claude Vuemba.